Vu du Pont

Vu du Pont d’Arthur Miller mise en scène Ivo van Hove

 

Deux frères, Rodolpho et Marco, ont quitté leur pays pour les Etats-Unis pour pouvoir travailler et envoyer de l’argent à leur famille – et peut-être, pour le plus jeune, sans femme ni enfants, de vivre le rêve américain. Tous deux sont reçus en secret par leur cousine lointaine, Béatrice, et son mari, Eddie, docker et fier de l’être.

La question du droit, incarné par l’avocat Alfieri, traverse toute la pièce. Lui qui voudrait la loi idéale, irréprochable, dans la continuité parfaite de la nature, est impuissant et démuni quand elle refuse à un étranger le droit de travailler, et quand elle oblige Marco et Rodolpho à vivre contre elle. Mais cette hospitalité qui était un geste profondément généreux et humain par cette interdiction légale, devient une arme, un ressort criminel, auquel a recours à contrecœur Eddie, désespéré, prêt à tout détruire sans même la perspective d’une quelconque reconstruction, d’un quelconque rachat, pour protéger sa nièce, poussé malgré lui, obligé à faire ce qu’il ne veut pas faire, se subissant lui-même.

Toute sa vie, il a lutté pour tenir sa promesse d’élever Catherine, la nièce de sa femme Béatrice, et de garantir un bel avenir à la petite orpheline. Voilà des années que cet homme de parole se saigne aux quatre veines pour tenir sa promesse en veillant sur elle, peut-être un peu trop jalousement.

Eddie n’a pas vu – n’a sans doute pas voulu voir – que l’enfant a grandi, qu’elle est devenue une femme. Et il ne voit que trop quels regards les hommes portent à présent sur elle. 

  • floriane.robardet@edu.escpeurope.eu

Théâtre de l'Odéon, Ateliers Berthier, 17ème 75017 Paris

×