Le Timbre d'argent

L’Opéra-Comique nous fait découvrir ce petit bijou, le Timbre d’argent (timbre à comprendre au sens d’un tintement de cloche), tout premier opéra composé par Saint-Saëns. L’intrigue rappelle furieusement celle de Faust, rien d’étonnant car le livret est écrit par le même librettiste de Faust (Gounod) et des Contes d’Hoffmann (Offenbach), et n’est pas sans rappeler des similitudes de personnages des trois opéras. De façon originale, Fiametta, le principal personnage féminin est un rôle muet et dansé, ce qui étonna beaucoup à l’époque, mais permet de mêler au genre de l’opéra des chorégraphies somptueuses, dépassant les fausses cloisons entre les arts.

Le petit mot de l’Opéra-Comique :

« Rongé par la misère et l’obscurité, le peintre Conrad cède à une fièvre délirante, une nuit de Noël. Devient-il alors la proie du diable ou d’un cauchemar ? Toujours est-il que la clochette d’argent magique qu’il reçoit d’un sulfureux docteur l’amène à confondre art et réalité, et l’entraîne dans de terribles transgressions... 
Ce drame conçu par les librettistes de Faust et des Contes d’Hoffmann permit au compositeur de la Danse macabre d’écrire sa version du pacte faustien, un opéra véritablement fantastique avec des métamorphoses en tous genres et une danseuse dans le premier rôle féminin. Mais l’œuvre était maudite : guerre, instabilité des théâtres, reprises insatisfaisantes… Le Timbre d’argent sombra dans l’oubli, malgré l’admiration que lui vouaient Bizet et Massenet.
Des treize opéras de Saint-Saëns, on ne joue plus que Samson et Dalila. François-Xavier Roth et Guillaume Vincent nous invitent donc à redécouvrir un chef-d’œuvre inconnu en donnant vie à l’inquiétante étrangeté qui parcourt le Timbre d’argent où réalité, magie et théâtre se confondent. »

  • agathe.petex@edu.escpeurope.eu

Je participe !

Opéra Comique

Opéra Comique-Salle Favart 1 Place Boieldieu, 75002 PARIS France

Le timbre d argent
×