Le Lac des Cygnes

Ballet en quatre actes, musique de Tchaikovski, chorégraphie de Rudolf Noureev, d'après Marius Petipa et Lev Ivanov

Puisant aux sources d’anciennes légendes slaves et nordiques où la fatalité survient des mystérieuses forces de la nature, Le Lac des cygnes a créé son propre mythe. Première composition de Tchaikovski pour le ballet, elle est empreinte d’une profonde nostalgie, comme en écho à la propre expérience du compositeur où l’amour rêvé demeure impossible. Cependant, l’œuvre reste incomprise jusqu’à ce que Marius Petipa lui prête sa propre lecture chorégraphique en 1895. Il déploie pour le corps de ballet féminin, avec le concours de Lev Ivanov, de majestueuses figures et donne vie à la danseuse-cygne. Dans la version « freudienne » que Rudolf Noureev imagine pour le Ballet de l’Opéra de Paris en 1984, le prince Siegfried, manipulé par le maléfique Rothbart, se dérobe à la réalité du pouvoir et du mariage pour se réfugier dans les rêves, où lui apparaît un lac magique porteur de l’amour idéalisé. Noureev hisse à la hauteur de l’héroïne le rôle du prince en lui donnant une nouvelle ampleur psychologique et préfère donner à ce chef-d’œuvre du ballet d’action une fin tragique plus harmonieuse avec l’écriture musicale.

  • clara.van_oerle@edu.escpeurope.eu

Opéra Bastille Paris

« De nouveau, le Prince marche au bord de la mer bleue. Soudain, sur les eaux limpides, apparaît un cygne blanc. » Alexandre Pouchkine, Le Conte du tsar Saltan

Capture d e cran 2016 09 24 a 23 25 14
×